Soutenons la charte européenne des langues régionales

nantes-3L’Assemblée nationale s’est prononcée, à une large majorité, en faveur d’une modification de la Constitution pour ratifier la charte européenne des langues régionales. La Ligue de l’enseignement s’est engagée depuis des décennies en faveur d’une grande politique des langues et de la francophonie.

S’il s’agit d’abord d’assurer la maîtrise de la langue française par tous les citoyens, la Ligue de l’enseignement préconise de longue date la ratification de la charte européenne des langues régionales ou minoritaires. D’abord parce que les langues régionales sont bien vivantes  – et ne constituent pas qu’un patrimoine menacé. Ensuite  parce que les langues minoritaires pratiquées en France ont droit à la même reconnaissance que les langues régionales. Elles doivent être enseignées à l’école publique.

La charte européenne, dont l’objectif est de favoriser l’emploi de ces langues dans la vie privée et publique et de reconnaître cette richesse culturelle, est trop souvent caricaturée. Pourtant, le principe de la souveraineté et de l’intégrité des Etats y est expressément assuré et chaque pays est invité à s’engager « dans la mesure où cela est raisonnablement possible ». En France, personne ne peut exiger des actes judiciaires ou des contrats de travail dans une autre langue.

Quelque 6 000 langues sont parlées dans le monde. La moitié d’entre elles s’éteindra au cours de ce siècle. Mais il existe une prise de conscience croissante qui se traduit, en particulier dans les nouvelles générations, par une reconnaissance mutuelle de la légitimité et de l’intérêt intrinsèque de cette diversité linguistique. C’est le combat que nous menons depuis toujours.

Télécharger le communiqué de presse