Sensibiliser grâce aux loisirs éducatifs

ollioulesSéduite par le dispositif citoyen « Mon village, espace de biodiversité », la Ligue de l’enseignement du Var l’a décliné dans les communes du Pradet, d’Ollioules et de Salernes, en particulier à l’attention des plus jeunes.

Si tous les habitants sont invités à prendre part au projet, la Ligue du Var travaille tout particulièrement auprès des plus jeunes et des écoles, notamment grâce aux cinémas municipaux, aux maisons de jeunes et aux accueils de loisirs qu’elle gère dans ces trois villes. Des associations – affiliées ou non –, des enseignants, des particuliers et des professionnels (agriculteurs, horticulteurs…) ont rejoint le dispositif qui se veut être un « projet partagé », comme le précise Alain Parizot, président de la Ligue 83, apiculteur amateur et passionné, à l’origine de l’opération dans le département.

Concrètement, des jardins ou potagers pédagogiques permettent de sensibiliser au développement durable, d’apprendre à distinguer les plantes et les légumes, de réaliser des semis de variétés anciennes, ou encore d’aborder les questions liées à l’alimentation. Par la pratique, les enfants prennent par exemple davantage con­science du rôle des insectes pollinisateurs dans la production des aliments et de l’importance de la biodiversité dans leur quotidien. Des nichoirs et mangeoires ont été installés avec le concours de la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) pour favoriser la présence d’espèces locales.

Un projet global pour le centre d’Ollioules

Au centre Lei Platano d’Ollioules (ALSH (1)), le projet a réellement débuté fin 2012 avec la fabrication de trois ruches au sein de son oliveraie. Achetées en kit, elles ont été assemblées et montées par les adolescents de la maison des jeunes de la ville, puis décorées par les enfants du centre. Au printemps 2013, plusieurs essaims – environ 20 000 abeilles – ont été placés dans les ruches, avec l’objectif d’en accueillir 50 000 à 70 000 d’ici quelques années. Ainsi, aux côtés d’une apicultrice professionnelle, Marie-Isabelle Mutin, les enfants ont pu observer la vie de ces insectes et comprendre à quel point leur présence était importante pour l’écosystème. Il y a presque un an, en octobre 2013, une première récolte a été réalisée par les enfants et Marie-Isabelle. Au total, cinq kilos de miel ont été conditionnés puis dégustés pendant les petits-déjeuners et goûters préparés par le centre.

Par ailleurs, pour le centre d’Ollioules, « Mon village, espace de biodiversité » s’inscrit dans une démarche plus globale d’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD) puisque Lei Platano est labellisé CED (2) depuis janvier. « Une façon de progresser dans nos pratiques, de prévoir des actions cohérentes sur trois ans et d’améliorer ce que l’on propose déjà », comme l’explique Sébastien Sisun, directeur du centre. « La labellisation nous offre également une certaine visibilité et une reconnaissance. »

Une autre vision des vacances

Quant à l’intérêt pour la Ligue de l’enseignement du Var d’investir un tel projet, Alain Parizot répond en constatant que les centres de loisirs aujourd’hui sont à l’image de notre société consumériste en proposant une surenchère d’animations, où les professionnels font davantage office d’accompagnateurs que d’animateurs. Or, « les vacances telles que nous les envisageons ont une dimension citoyenne et éducative où les animateurs s’inscrivent dans une réelle démarche de formation. Avec “Mon village…”, l’offre de loisirs éducatifs est claire, et nécessite un minimum de connaissances scientifiques faciles à transmettre aux enfants. Là réside notre plus-value ».

Mélanie Gallard et Adrien Chomiol

1. Accueil de loisirs sans hébergement.
2. Citoyenneté-environnement-développement durable.

 

Article publié dans les « Idées en mouvement » n°221 – septembre-octobre 2014