Pas de recul pour l’égalité filles-garçons

dossier_iem213Nous avons accueilli avec intérêt la présentation par les ministères de l’Éducation nationale et des Droits des femmes du plan d’action pour l’égalité entre les filles et les garçons élargissant par là même le dispositif expérimental des « ABCD de l’égalité » dès la rentrée 2014-2015.

Au cœur de polémiques et de rumeurs infondées, le nom de cet ABCD a finalement été abandonné au profit d’une généralisation d’une éducation à l’égalité entre les filles et les garçons à la rentrée, en l’ancrant dans le futur socle commun de connaissances, de compétences et de culture et dans l’ensemble du parcours scolaire obligatoire. Son inscription dans les projets d’école et d’établissement constitue une véritable reconnaissance. Les enseignants, du primaire et du secondaire, et les personnels d’encadrement (IA, IEN, IPR) seront formés à partir de la rentrée à transmettre les valeurs d’égalité entre filles et garçons. Cette formation continue sera une priorité du plan national de formation 2015 et des plans académiques et départementaux de formation, ce dont nous nous
réjouissons.

Certains points nous interrogent cependant. Nous craignons que la disparition de la thématique sur les stéréotypes de genre ne réduise le plan d’action à une vision formelle et juridique alors que ce sont bien les pratiques quotidiennes et les représentations qui sont au cœur des enjeux de progrès réels de l’égalité. La partie « implication et relation avec les familles » est par ailleurs assez frileuse : les établissements scolaires étant seulement invités à « évoquer » le sujet dans les instances des établissements. Nous regrettons enfin que les acteurs partenaires de l’école ne soient pas intégrés dans ce nouveau plan d’action. Il ne peut y avoir de progrès dans la promotion réelle de l’égalité entre les filles et les garçons sans une mobilisation de toutes les forces vives de l’éducation, familles et associations, notamment celles de l’éducation populaire.

Dès le départ, la Ligue de l’enseignement s’est fortement impliquée, en mobilisant son réseau, dans l’expérimentation de ces « ABCD de l’égalité ». Rien ne serait pire que de fragiliser un projet si ambitieux en cédant à la pression de certains lobbies qui n’ont jamais accepté l’égalité des droits que l’école de la République a pour fonction de promouvoir. Nous serons vigilants à ce que la généralisation annoncée se traduise réellement dans les faits.

Télécharger le communiqué