Les révolutions de l’open data

Un débat peut en cacher un autre. La question des données numériques en est un bon exemple : elle est au coeur de plusieurs discussions qui s’enchevêtrent sans se confondre.

Chaque jour, de gigantesques masses de données transitent sur Internet. Nous-mêmes, nous en produisons constamment, lors de chacune de nos connexions ou de nos transactions. Ces données ont une valeur, et cette valeur croît vertigineusement à mesure que se développe l’informatique des « Big Data », qui permet d’analyser ces flux. Les organisations qui parviennent à collecter les données et à les lire bénéficient d’une information sans équivalent sur le mouvement du monde – et sur nous-mêmes : nos échanges sociaux, nos goûts, nos habitudes, les institutions et les médias que nous fréquentons…

Cela pose plusieurs questions. La première est la plus familière au public : c’est le respect de la confidentialité et de la vie privée.  La seconde question concerne la valeur économique et sociale de ces données… Lire l’édito

Analyse
« Créer un bien public »
Le mouvement d’« open government », lancé aux États-Unis par des acteurs et penseurs du numérique avant d’être relayé par l’administration Obama, gagne la France. L’ouverture des données publiques y occupe une place centrale. Quels sont ses enjeux ? Entretien avec Henri Verdier, qui dirige depuis janvier 2013 la mission Etalab qui, au sein du secrétariat général à la modernisation de l’action publique, coordonne l’action des services de l’État et de ses établissements publics pour faciliter la réutilisation la plus large possible des données publiques. Lire l’interview

Histoire
Retour sur l’ouverture des données publiques
Le terme d’open data s’est d’abord appliqué aux données scientifiques, que les différentes institutions de recherche étaient appelées à partager davantage. Il a depuis pris une nouvelle dimension, en étant associé à une redéfinition de l’État. Lire l’article

Economie numérique
Stimuler la création de valeur
La révolution numérique voit l’apparition de nouveaux empires. Des entreprises géantes qui tirent profit des traces que nous laissons lors de nos différents passages sur le Net. Dans un rapport sur la fiscalité numérique qui a fait beaucoup de bruit, Nicolas Colin propose de taxer cette contribution gratuite tout en encourageant les entreprises qui rendent les données aux utilisateurs. Lire l’interview

Militantisme
« Le libre, c’est beaucoup plus que “gratuit ” »
Logiciel libre, open data… même combat ? Jean-Christophe Becquet, vice-président de l’April, association pionnière du logiciel libre en France et dont la Ligue de l’enseignement est adhérente depuis 2007, nous éclaire sur les enjeux de ces mouvements et fait le point sur son métier de formateur militant. Lire l’entretien

Télécharger le dossier dans son intégralité en cliquant ici