Le dialogue civil : associations et représentativité

Si le « dialogue social », entre les syndicats de salariés, les employeurs et les institutions, est profondément installé et normé, il n’en est pas de même avec le « dialogue civil ». Les associations sont reconnues comme des partenaires incontournables de la vie sociale mais les modalités de dialogue entre elles et les institutions ne sont pas véritablement établies.

Par ailleurs, la diversité de leur nature et de leur fonctionnement rend très difficile une approche globale du secteur. Il est, en effet, peu de points communs entre celles qui se révèlent être de simples pavillons de complaisance pour des activités commerciales ou des lobbies, et celles qui s’attachent à défendre et promouvoir des valeurs, qui répondent à des attentes sociales, qui s’ancrent sur le local, qui portent des projets à l’échelle nationale voire internationale.

Aussi, faute de critères clairs, savoir qui est réellement représentatif pour être un interlocuteur crédible ou contribuer à mettre en oeuvre des politiques publiques est une question complexe.

Télécharger l’intégralité du texte d’orientation en cliquant ici