Laïcité, nous écrivons ton nom

Il y a 100 ans, la République adoptait une loi qui marquait le couronnement du processus de laïcisation qu’elle avait commencé vingt-cinq ans plus tôt. C’est cette loi de séparation des Églises et de l’État qui a permis, par les libertés fondamentales qu’elle a affirmées, un « vivre ensemble » plus harmonieux, que la Ligue de l’enseignement va commémorer, tout au long de l’année 2005. Elle va le faire naturellement par fidélité à son histoire et à ses engagements dans la société, mais surtout pour que cette loi soit mieux connue et mieux comprise afin que soient clarifiés les débats actuels sur la laïcité.

Il s’inspire des nombreux travaux et publications de Jean Baubérot, Jean Boussinesq, Dounia Bouzar, Alain Boyer, Yves Bruley, Guy Coq, Jacqueline Costa-Lascoux, Michel Denis, Jean-Michel Ducomte, Claude Durand-Prinborgne, Marcel Gauchet, Guy Gauthier, Alain Gresh, Gilles Kepel, Jacqueline Lalouette, Roger Lesgards, Jean-Marie Mayeur, Gabriel Merle, Claude Nicolet, Henri Pena-Ruiz, Émile Poulat, Olivier Roy…, ainsi que du rapport de la Commission présidée par Bernard Stasi. S’il n’est pas fait mention du nom de chacun autant qu’il aurait été nécessaire, c’est uniquement afin de faciliter la lecture, aussi on se reportera avec intérêt à la bibliographie en fin de document.

Ce document bénéficie aussi des réflexions et des contributions de Jean-Michel Ducomte et du secrétariat général de la Ligue de l’enseignement, mais aussi d’André Jourdes, Louis Astre, André Boudou, Charles Conte, Paul Fahy, Jean Lecuir, Jean-Paul Martin, Michel Morineau, Joël Roman et Dominique Wolton. Il bénéficie enfin des recherches faites pour la réalisation du site www.laicite-laligue.org, avec notamment la contribution de Maurice Gelbard. La consultation de ce site qui est régulièrement complété et amélioré, est vivement recommandée pour approfondir les éléments contenus dans les pages qui suivent.

Ainsi, ce fascicule doit aider tous ceux qui souhaitent faire de la commémoration de la loi de 1905, non pas une fête convenue, le regard tourné vers le passé, mais le prétexte à engager tous les débats nécessaires. Il doit contribuer à en faciliter les conditions. Les analyses qu’il contient et les propositions qu’il expose demandent à être affinées, complétées ou corrigées : ce sera l’oeuvre du travail et de la réflexion des militants de la Ligue de l’enseignement, mais aussi le produit des nombreux débats que nous aurons avec tous ceux qui souhaitent que vive la laïcité…

Télécharger le texte