Insertion : le sport comme tremplin

p9Ufolep_MartiniqueDepuis plusieurs années, la jeunesse martiniquaise est fortement touchée par le chômage*, notamment au sein de sa « capitale » Fort-de-France. Partant de ce constat, l’Ufolep de la Martinique lance en 2015 un « Grand Championnat de football des quartiers » (GCQ), conçu comme un projet sportif d’insertion sociale et professionnelle des jeunes déscolarisés ou désocialisés.

Le premier Grand championnat de football des quartiers (GCQ) est lancé en janvier 2015 dans le quartier de Volga Plage. En plus du défi sportif, chaque équipe (de 4 à 7 joueurs) représentant un quartier, doit aussi proposer une animation – danse, chant, autre activité sportive… – dans le cadre de l’élection du « Grand Show ». La jeunesse étant au rendez-vous, quatre autres tournois suivent. Sur l’année, l’événement a ainsi rassemblé 150 joueurs et une cinquantaine d’artistes. L’objectif est d’offrir une nouvelle chance à cette population, et d’attirer certains en utilisant leur goût pour le sport, afin de leur redonner confiance en eux et des perspectives d’avenir.

Depuis septembre dernier, grâce au soutien du conseil régional, le projet est devenu un chantier de proximité rebaptisé le « Défi solidaire des quartiers ». Ce qui a conduit l’Ufolep à embaucher quatre jeunes en emplois aidés (CUI-CAE) et d’en accueillir deux autres en service civique. Tous sont intégrés à une association de quartier et ont en charge, pour la moitié de leur mission, l’organisation des futurs tournois (inscriptions, collations, recherche de partenaires…). Au sein même de l’Ufolep de la Martinique, un salarié (en contrat d’avenir lui) accompagne tous ces jeunes référents et s’assure du bon déroulement du dispositif. Travaillant en étroite collaboration avec le Réseau martiniquais des grands frères (RMGF), acteur social très impliqué sur le territoire, ce salarié fait aussi le lien entre la fédération et les différents quartiers.

Renouer des relations au sein et entre les quartiers est l’un des objectifs visés. Le chômage, pour certains jeunes, est lourd de conséquences et rime parfois avec ennui, délinquance, voire violence. Il s’agit alors de recréer du lien, d’amener les jeunes à se rencontrer, à communiquer. C’est tout l’enjeu des six référents qui endossent également un rôle de médiateur.

Du tournoi sportif au forum pour l’emploi

Les participants aux Défis solidaires des quartiers sont, pour certains, des jeunes très éloignés des dispositifs habituels d’insertion. En 2016, l’idée est d’organiser, en même temps que les tournois, un forum pour l’emploi où des acteurs de l’insertion (Pôle emploi, mairie, dispositifs locaux d’insertion, associations…) pourront les aider dans l’élaboration d’un CV, d’une lettre de motivation, leur proposer des simulations d’entretien, ou les renseigner sur des formations potentielles… Pour aller encore plus loin, un salarié « relais » (le dixième employé Ufolep sur ce dispositif) est même chargé de conseiller et d’orienter les jeunes participants vers les structures Pôle emploi et missions locales les plus adaptées.

Formations internes pour les référents

Les jeunes référents Ufolep, de leur côté, bénéficient d’un accompagnement et peuvent s’initier aux métiers de l’animation et de l’encadrement (formation BAFA-BAFD, arbitrage, recherche de partenariats, encadrement d’équipes…). Et, en fonction de leurs projets personnels, peuvent participer en parallèle à des formations diverses (via Uniformation), notamment au PSC1 prévention et secourisme. En 2016, le dispositif prévoit d’accueillir trois autres jeunes.

Mélanie Gallard

* 47 % en 2012 selon l’Insee.

www.cd.ufolep.org/martinique