A- t-on besoin de morale laïque ?

Le projet d’introduire à l’École des cours de morale laïque fait débat, c’est le moins qu’on puisse dire. Et ce débat n’est pas facile à lire, car il brouille les lignes de clivage habituelles, notamment les frontières politiques. Le sentiment qui domine, en fin de compte, est une certaine désorientation. C’est précisément pourquoi nous avons composé le présent dossier : non pas pour gommer la controverse, mais pour l’éclairer.

Avant même de s’engager dans la discussion, on peut s’interroger sur la pertinence même d’un tel débat. La question se posait-elle ? Et se posait-elle en ces termes ? Lire l’édito

L’invité du mois

« La République n’a pas de philosophie, mais elle a des valeurs »
« La morale laïque » fait controverse. Pour André Comte-Sponville, ce n’est pas en « arrachant l’élève à tous les déterminismes », mais en assumant une certaine morale républicaine qu’on peut introduire à l’école la question des valeurs. Pour autant, l’école n’est pas une église : elle ne peut prêcher des vérités, mais seulement affirmer quelques principes très généraux. La voie est donc étroite. Lire son entretien

Débat

« Il est urgent de rebâtir du commun »
A la fin du mois d’août, Vincent Peillon a annoncé vouloir instaurer une « morale laïque (…) du plus jeune âge au lycée ». Depuis, le ministre de l’Education nationale a lancé une mission pour réfléchir aux contours d’un enseignement. Il répond à nos questions.

La morale laïque face à l’individualisme
L’enseignement de la morale laïque, ou mieux, l’éducation morale laïque, a une longue tradition. Aujourd’hui, cette morale doit affronter un individualisme relativiste, qui ne reconnaît que peu de règles morales communes, selon Joël Roman.

La morale laïque contre l’ »ennemi intérieur »
Le retour de la morale laïque à l’école ne fait pas l’unanimité. Pour le philosophe Ruwen Ogien, le projet de Vincent Peillon est confus et conservateur. Il va même plus loin en l’accusant d’être dirigé contre des « ennemis intérieurs qui ne partageraient pas les valeurs de la République ».
Lire les trois entretiens/contributions

Interviews croisées

« La morale laïque sera forcément une morale qui questionnera la société »
Ni métaphysique, ni imposée et encore moins parfaite, la morale laïque n’est pas une vieille marotte pour endormir les craintes d’une société en manque de repères. Pour Guy Coq, philosophe et Jean Baubérot, historien et sociologue, éduquer à l’éthique s’inscrit pleinement dans le projet sur la refondation de l’école. Et il appartient à tous les citoyens de fonder cette morale commune. Lire l’entretien

Témoignage

Cours de morale non confessionnelle : l’expérience belge
Nadia Geerts
 est une militante laïque belge. Maître-assistante en philosophie à la Haute école de Bruxelles, elle a enseigné pendant 20 ans la morale non confessionnelle dans l’enseignement secondaire. Petit résumé sur ces cours en vigueur chez nos voisins depuis 1958. Lire son article

Expériences

Les enfants, naturellement philosophes
Afin de développer l’esprit critique des enfants et de leur faire découvrir les règles du vivre ensemble, certains enseignants organisent des ateliers philosophiques. Pas d’enseignement, ni de « morale », juste du questionnement.

Des ateliers philo, dès la maternelle
Fabienne Rioualen, professeur des écoles dans le Var depuis 1990, a mis en place des ateliers philosophiques dans ses classes depuis une dizaine d’années, d’abord en CP puis en grande section de maternelle.
Lire les articles

Télécharger l’intégralité du dossier